image en-tête
titre navigation
bord gauche
image acces rapide

     
     
titre recherche

       
bord bas
chemin Cliquez ici pour imprimer


Daniel Fano, Comme un secret ninja, poèmes, Le Castor Astral, coll. " Escales des lettres ", juin 2007. Couverture : acrylique de Chris De Becker. (12 x 19 / 120 p. / 13 €)

Dans sa poésie documentaire et polyphonique, Daniel Fano, véritable auteur culte, poursuit avec un humour décalé sans pareil son exploration de l'univers contemporain. Ici, les illusions collectives sont froissées comme des emballages de bonbons. On assiste à la disparition lente d'un monde, le nôtre, et c'est comme un vieux film dont la pellicule se met à brûler pendant la projection.

Les poèmes qui constituent Comme un secret ninja ont été écrits entre mai 2003 et juillet 2006, dans les périodes qui précédaient ou suivaient la composition de livres de prose à l'ampleur assez conséquente : L'Année de la dernière chance, Le Privilège du fou et Sur les ruines de l'Europe, publiés entre 2004 et 2006. Parallèlement à ces ouvrages qui tentent de conjuguer le documentaire historique et sociologique avec une forme moderne d'épopée, Daniel Fano a voulu produire des poèmes courts, rapides, souvent narratifs, tour à tour parodiques et satiriques, ironiques et humoristiques, toujours en prise directe avec l'univers contemporain (gangsters, terroristes, fausses gloires médiatiques, emprise croissante de la novlangue). Le thème de l'ensauvagement est partout présent ici, comme dans tous les autres travaux édités depuis 2004.

Extrait (télécharger l'extrait) :

COMME UN SECRET NINJA

1.
Alors voilà, tu es une grosse fille
triste, qui mange des tonnes de glace à la fraise
en regardant des mauvais
films à la télé.
Je te jure, tout le monde se déguiserait bien
en grosse fille triste, pour voir
ce que c'est, vraiment, un mauvais film à la télé.
La bande dessinée, c'est mieux, maman ?
Mais non, c'est affreux, jette ça
tout de suite, la bande dessinée est plus déprimante
que la vraie vie.
Et la poésie, oui, c'est à peu près
pareil, une tortue renversée sur sa carapace.
Alors voilà, les filles, elles s'évanouissent
au petit matin.
Tu es toute mouillée, tu te dis que tu as rêvé.
Rêve ou cauchemar ? Tu ne sais plus.
Il faut savoir et toi, tu ne sais plus.
Répète, après moi, que tu ne sais plus.
J'ai connu cet homme qui saluait
et puis s'en allait
comme si, au siècle dernier, il avait été
amoureux fou de Kim Novak.
Les fétichistes ne font rien
de rien : ils collectionnent, c'est tout.
Naturellement, toi, tu ne te souviens même
pas de Lara Croft.
Il ne te reste que la débauche
de pigments purs, les escarpins assortis
au rouge à lèvres, le truc à faire
craquer les tueurs en série.

2.
Un jour, je me suis mis en
dessous d'un vieux séquoia, l'épaisseur de
son feuillage et ses grincements, ses
bruissements, c'était
beau, tendre et drôle, et puis le paysage entier
est venu à ma rencontre, et puis j'ai cassé
la coquille de l'œuf, et j'ai longtemps observé
comment le blanc s'étale
dans la poêle, j'ai longtemps écouté le grésillement
qu'il fait, il faut quinze ans
pour réussir un œuf
comme ça.

3.
La tête appuyée contre le mur, il avait l'air
contrarié du type qui vient de
découvrir que la gloire est éphémère.
Il était mort dans la nuit, peut-être au petit matin.
Fenêtres ouvertes, volets clos, il était resté dix mois
face à la télévision éteinte, alors
que s'évaporait l'eau du poisson rouge.
Oui, les voisins trouvaient
que c'était dur, maintenant qu'il n'était
plus là, de l'imaginer tout seul, qui ne sentait pas
la rose, au-dessus d'eux, assis
sur son canapé.
Son squelette flottait dans ses sous-vêtements
de vieux célibataire.
Il ne laissait aucun vestige d'un quelconque passé
familial, sentimental, pas une photo, rien.
L'affaire a été vite repliée.
Il a été transporté à l'Institut
médico-légal, Françoise Hardy sur les
ondes courtes, et puis quelqu'un se mit à parler
d'Orson Welles, de son regard
bleu, il avait tout compris, n'est-ce pas, et
le parquet a autorisé l'inhumation.
Pour devenir un parfait espion, il faut partir
en Inde et, dès votre arrivée, apprendre à jouer
au polo.

UN ALBUM DE MINIATURES

1.
Le sol tremble au Mexique
pendant qu'à Paris les garçons
de café rempilent tables
et chaises.

2.
Elle referma la fenêtre
exactement comme une femme
qui vient de jouer le premier
rôle dans un film
de vampires.

3.
Vengeance est peut-être
le meilleur mot que l'on prononce
quand on rêve que la neige
envahit l'ascenseur.

4.
Après avoir fait trois fois
le tour de la Terre, le tueur en série
fut ravi de voir enfin
son nom en première page
des journaux.

5.
Il n'a jamais su danser le tango
ni tricher au poker ni voler un avion
et donc il trouve que la vie devrait
être beaucoup plus courte.

6.
Un chat sur l'épaule
droite, il décida de garder
la même attitude énigmatique
le temps que la maison soit
totalement brûlée.

7.
Ces jours-ci, Dracula
devrait se faire du mauvais
sang, suivre les conseils
de son horoscope
et, surtout, ne pas aller au
Paraguay.

8.
Ce type avait le souvenir
d'un scorpion qui ne laissait
pas de trace
et l'orange roulait encore
sur l'asphalte.

9.
Un hôtel dans une île, c'est du
théâtre filmé, foiré malgré les agents
du FBI, le bronzé qui bave et le
gogol vitreux au goitre bloqué pour
entretenir le malaise.

10.
Il me disait que l'arbre
est depuis toujours l'ami
des fourmis mais
mon chapeau, ce type l'a soulevé
pour voir ce que j'avais
sous la tête.