image en-tête
titre navigation
bord gauche
image acces rapide

     
     
titre recherche

       
bord bas
chemin Cliquez ici pour imprimer


Francis Dannemark, Le voyage à plus d'un titre, roman, Robert Laffont, 1981.

Un photographe délaisse brusquement sa carrière, pourtant brillante. Au volant de sa voiture, il se lance dans le domaine à la fois immense et minuscule des autoroutes et le parcourt inlassablement, ne s'arrêtant, sans jamais en sortir, que pour se ravitailler en essence, manger, dormir. S'agit-il d'un pari ? Peut-être… Mais interviennent aussi le désir complexe de faire le point et de prendre la fuite, une fascination un peu suicidaire, également, pour ce monde en circuit fermé, véritable parenthèse au sein du réel.
Cependant cet homme a laissé des traces. Son passé fait surface, tantôt banal tantôt semé de catastrophes. Quel ordre les témoins de cette aventure vont-ils mettre dans les indices qui leur parviennent ? Et le voyageur pourra-t-il trouver une issue pour échapper à cette cage où il n'arrête pas de tourner ?

Le voyage à plus d’un titre est le 1er roman de Francis Dannemark.

Extrait (télécharger l'extrait) :

  "De cela au moins il est sûr. Il a voulu que ce soit la nuit. Pas le crépuscule, non, la nuit noire depuis plusieurs heures. On ne sait jamais, il avait de ces craintes, on ne sait jamais, le crépuscule, habituellement indécis, aurait pu, peut-être, se retourner, et tout aurait été impossible. Mais maintenant c'est fait, ça y est, le moteur tourne, les phares s'accrochent au panneaux indicateurs de l'entrée de l'autoroute.
  Il a voulu être seul, complètement, à cet instant où il fait passer du point mort en première le levier de vitesse, à cet instant où il sent que s'ajustent les roues dentées. Le flash puissant des phares s'adoucit en se mêlant à la clarté continue des lampes qui stagnent, quelques mètres plus haut, sous leur coque de métal argenté. Lumières, et les vibrations qui s'amplifient, le pied droit qui pèse petit à petit sur l'accélérateur. Il n'a pas décidé de partir à une heure précise ; le fait que la nuit soit tombée lui suffit, et il démarre sans que doive être donné le moindre signal."