image en-tête
titre navigation
bord gauche
image acces rapide

     
     
titre recherche

       
bord bas
chemin Cliquez ici pour imprimer


Bruno Coppens, 106 façons simples de supporter ces temps assommants, fantaisie, 2017, Le Castor Astral.
ISBN 979-10-278-0097-1, 160 pages, 12,90 €


Fabriquez votre cercueil végétal !
Remplacez votre chien par un 4x4 !
Donnez votre prénom à une dépression !
Faites publier votre faire-part de décès !
Braquez une banque du sperme !
Changez de religion chaque jour !
Faites un don d’orgasme !


Tels sont quelques-uns des 106 conseils distillés par Bruno Coppens
pour supporter sans peine ces temps assommants.
À une époque où le prix de la corde pour se pendre grimpe en flèche
et en fait un ustensile de luxe, réservé aux riches désespérés,
plongez dans ses recettes, trucs et astuces.
Puisque l ’existence est à consumer sans modération,
prenez la folie pour passagère…


Extrait (télécharger l'extrait) :

1.
Apprenez le dothakri,

cette langue parlée par les cavaliers de la série Game of Thrones.

Plutôt que d’apprendre le mandarin comme nombre d’étudiants et d’hommes d’affaires désireux d’être prêts quand la Chine nous éveillera, dites « M’athchomaroon ! » à votre facteur, l’équivalent de « Bonjour ! » dans la maison Targaryen. Cela n’a aucun intérêt professionnel de vous initier au langage de la princesse Daenerys, mais justement, poser un geste inutile, ne pas obéir aux diktats d’une société vous imposant de connaître le chinois, voilà une façon positive de mieux supporter nos temps assommants. De plus, les « Athchomar chomakea » (Salutations !) et autres « Hash yer dothrae chek asshehk ? » (Comment ça va ?) vous connecteront illico aux millions de fans du Trône de Fer, prouvant ainsi qu’un nouveau royaume est en marche pour faire tomber notre monde déliquescent, avec l’application Ipad en signe de ralliement*. Et si, en achetant votre baguette un beau matin, la boulangère vous lance un « Dothras chek » (« Va en paix et chevauche bien », ce qui signifie « Au revoir ! »), vous découvrirez que « joindre le futile à l’agréable » est devenu votre nouvelle philosophie de vie.

8.
Achetez des poissons rouges.

Et passez quelques heures par jour à z’yeuter les coups de queue de cet animal tournant dans son bocal comme un enfant sur son carrousel. À chaque fois, vous le savez, le poisson oublie ce qu’il vient de découvrir quelques secondes auparavant... Un grand trou noir toutes les six secondes, n’est-ce pas extraordinaire ? Savoir que le monde renaît à chaque poignée de secondes dans les yeux d’un poisson rouge, se dire que ce petit bout de vie a la capacité d’oublier immédiatement ces temps assommants, cela devrait allumer en vous une lueur d’espoir. Si un poisson le peut... Attention, ne nourrissez pas les poissons trop souvent, et surtout pas de pain ! En les alourdissant, vous allongeriez la durée d’un tour de bocal et retarderiez du coup la renaissance du monde. Enfin, si je parle de pain, vous imaginez de qui je veux parler...

18.
Donnez votre prénom à une dépression !

Imaginez un peu... En versant seulement 200 euros à l’Université Libre de Berlin*, vous pourrez entendre votre prénom dans tous les journaux télévisés lorsqu’une tempête dévastera une région d’Europe ! Andy Warhol proposait à chacun « un quart d’heure de célébrité » ? Moi, je vous garantis une journée de célébrité ! Associez votre prénom à une tempête afin de ne plus être le spectateur impuissant des inondations, d’un climat complètement déréglé. En offrant votre identité avant même qu’une dépression n’éclate, vous participez directement à la débâcle de la planète. Acteur du monde, voilà une belle manière de supporter ces temps assommants. Ah, oui ! cela vous coûtera 100 euros de plus pour nommer un anticyclone. Proposez donc à votre boulangère de faire comme vous, qu’elle offre son prénom. Pour un coup de foudre, par exemple.

* Tarif en vigueur en 2017.


31.
Changez de religion chaque jour !

Lundi, soyez chrétien. Mardi, musulman. Mercredi, entrez dans une synagogue. Jeudi, virez hindouiste. Vendredi, devenez à dessein animiste. Samedi, réveillez-vous bouddhiste. Et le dimanche ? Mais rien évidemment ! Le repos de l’âme, c’est sacré. Changer de foi comme de chemise dynamitera vos semaines et vous n’arborerez pas cette mine triste et pesante des monogames de la foi. De plus, si vous respectez bien les préceptes et règles de chacune de ces croyances, non seulement vous cumulerez toutes les récompenses dans l’au-delà (le paradis, les dix mille vierges, la collection complète des DVD de Woody Allen, des carnets de bonzes d’achat...) mais, ici-bas, vous profiterez évidemment d’une pluie d’avantages : pas de messe le dimanche puisque vous n’êtes chrétien que le lundi, et la durée du ramadan sera divisée par sept vu que vous ne faites que passer en Coran très vite de l’église du lundi à la synagogue du mercredi. Pas belle, la vie ? 46.
Colomb a trouvé l’Amérique alors qu’il cherchait l’Inde !

Rappelez-vous régulièrement que l’illustre Christophe Colomb s’est carrément trompé de route ! Il a confondu Inde et Amérique ! Non mais, hé ! Vous imaginez ? Moi, cela me soulage l’esprit de savoir que même les plus grands ont fait des conneries monumentales et que cela ne les a pas empêchés de figurer dans les manuels scolaires. Cela allège cet assommoir temporel que nous traversons. Puisqu’on a dressé des statues à des gens qui ont vécu dans l’approximatif, pourquoi vénérer la rigueur, la précision ? L’erreur vous construira davantage, tous les psy et coaches vous le diront ! Soulagé(e), non ?