Warning: Creating default object from empty value in /home/francisd/www/carnet/wp-content/themes/carnet/functions/admin-hooks.php on line 160

Note

Films de mars

Puisqu’on me l’a demandée, voici la liste des films que j’ai vus ou revus durant ce glacial mois de mars, y compris ceux de mon ciné-club. Je suis paresseux ce premier jour d’avril et je sens que je vais commenter brièvement cette liste.

Rien à dire des films avec Louis de Funès. On aime ou on n’aime pas. Chez nous, c’est une icône. Mon fils Noé a fait une véritable cure en cette fin d’hiver. Je l’ai faite très partiellement avec lui (mais j’avais pris de l’avance en décembre).

Argo m’a beaucoup déçu. Ce n’est pas un mauvais film mais c’est juste un film d’action qu’on peut voir sans s’ennuyer. Le tempo est excellent, le montage très efficace. Pour le reste, ni le jeu des acteurs, ni la photographie, ni le scénario, ni quoi que ce soit ne méritent des compliments particuliers. Oscarisé pour des raisons politiques? Je ne vois pas d’autres raisons. Le monde occidental a visiblement besoin de se rassurer…

Dans la catégorie des déceptions, De rouille et d’os m’a semblé n’être qu’un mélodrame assez prétentieux et emphatique. Certes, le film saute aux yeux, il est réalisé avec brio. Mais que représente-t-il, sinon le triomphe de la forme sur le contenu? A mes yeux, c’est un film racoleur : il propose beaucoup et n’offre presque rien.

Moi qui ai vu (et revu) tous les films des frères Coen, j’avais escamoté True Grit. Sans raison particulière. Ou peut-être parce que Burn After Reading m’avait déçu et que A Serious Man  m’avait agacé (les frères Coen ne sont-ils pas sur le point de s’enfoncer dans une vision fataliste du monde?)  Eh bien, True Grit a été une excellente surprise. C’est un western magnifique – et, tout simplement, un très bon film! Jeff Bridges a repris le rôle de John Wayne comme s’il était né pour ça.

Noé, impressionné par A History of Violence et A Dangerous Method de David Cronenberg, voulait voir Eastern Promises du même réalisateuroù l’on retrouve Viggo Mortensen et Vincent Cassel. Bonne idée, car c’est un film saisissant et remarquable à tout point de vue. Comme l’écrit Jason Buchanan (Allmovie.com), « Cronenberg is not simply one of the most talented filmmakers of his generation, but one of the most courageous voices in contemporary film as well« .

Du côté des films anciens, quel bonheur de revoir The Dark Corner de Henry Hathaway (même si Mark Stevens n’est pas l’acteur idéal pour incarner le détective privé qui est au centre du film). I Wake Up Screaming de H. Bruce Humberstone est encore bien plus impressionnant. C’est un des premiers, sinon le premier film noir hollywoodien. Betty Grable, Victor Mature et Carole Landis y sont au meilleur de leur forme. Et Laird Cregar est carrément inoubliable.

The Talk of the Town : c’est la troisième fois que je voyais ce film et, une fois de plus, je me suis dit que c’est un chef-d’oeuvre. Méconnu, hélas. Cary Grant, Jean Arthur et Ronald Colman sont éblouissants dans cette comédie qui est aussi drôle qu’intelligente – et parfaitement mise en scène.

Une magnifique découverte, grâce à Corine Jamar : The Valley of Decision, de Tay Garnett, avec Gregory Peck et la très belle Greer Garson. C’est émouvant, palpitant. Une histoire d’amour merveilleuse dans un contexte social que Garnett (le réalisateur du Facteur sonne toujours deux fois) a saisi avec beaucoup de justesse et de force.

En deux mots : The Maggie est une des perles oubliées des studios Ealing. Hélas, il n’existe pas de version sous-titrée de cette délicieuse comédie. Comme ça se passe en Ecosse, il vaut mieux avoir l’oreille très affûtée! The Gods Must Be Crazy reste pour moi un des films les plus drôles de l’histoire du cinéma : je veux dire par là un de ces films qui me font vraiment rire (et pas seulement sourire). The Couch Trip est sorti chez nous sous le titre suivant : Parle à mon psy, ma tête est malade ; pour tout arranger, l’affiche était hideuse. Pourtant, c’est une très amusante comédie de Michael Ritchie et, si l’on aime Dan Akroyd, Charles Grodin et Walter Matthau, voilà un bon divertissement assuré. Encore un et puis j’arrête (sans rien dire des autres, mais tant pis) : je rêvais de revoir Peter’s Friends de Kenneth Branagh mais plus aucune édition en DVD n’était disponible depuis des lustres ; c’est fait depuis peu et, comme je le présumais, ce film a merveilleusement résisté au passage du temps (il est sorti en 1992) et ça m’a plu énormément de le revoir. Brannagh ne sait pas que l’on peut faire faire des mouvements à une caméra, ce qui est tout de même dommage, mais son film a tant de qualités que l’on oublie aisément ce défaut-là.

 

1963 Pouic-Pouic
1958 Ni vu… ni connu…
1933 She Done Him Wrong
1946 The Dark Corner
1954 The Maggie
2012 Searching for Sugar Man
2012 Argo
1970 Le gendarme en balade
1941 I Wake Up Screaming
1963 From Russia with Love
1942 The Talk of the Town
1964 Le gendarme de Saint-Tropez
2011 True Grit
1981 Body Heat
2006 Stranger than Fiction
2006 Factotum
1945 The Valley of Decision
2012 De rouille et d’os
1998 The Big Lebowski
1980 The Gods Must Be Crazy
1956 Si Paris nous était conté
1988 The Couch Trip
1985 Lost in America
1992 Peter’s Friends
2007 Eastern Promises
1975 Rooster Cogburn
1941 Ziegfeld Girl

2 Commentaires ↓

2 réponses à “Films de mars”

  1. flo 18 avril 2013 à 11 h 41 min #

    Nous on a regardé « Le monde de Charlie » (« The Perks of Being a Wallflower « ) et ça nous a plutôt plu, c’est un film plus profond que les films adolescents habituels. Comme c’est à peu près la période de Noé, je serais curieuse de savoir ce que quelqu’un de son âge en pense.

  2. Christine 17 mai 2013 à 21 h 22 min #

    Toujours très curieuse de connaître tes coups de coeur cinématographiques: une petite liste pour avril et mai ??

Laissez une réponse