Warning: Creating default object from empty value in /home/francisd/www/carnet/wp-content/themes/carnet/functions/admin-hooks.php on line 160

Note

Petite revue de presse et salut aux libraires

Je sais bien que ça peut paraître un peu idiot de dire cela mais je crois vraiment que l’on ne remercie jamais assez les gens.

Pas le temps, sans doute – mais c’est dommage!  Alors je voudrais dire merci ici aux libraires qui ont lu mon roman alors qu’ils sont tous pris dans l’avalanche de la rentrée. Et merci tout particulièrement à ceux qui en ont fait un de leurs coups de coeur. La Licorne, Tropismes, Agora-Libris, Filigranes et d’autres à Bruxelles. Livre Sterling et d’autres libraires parisiens. Une librairie à Gembloux, une autre à Chartres, une à Chateaudun, à Mons, à Namur, à Lille, à Liège…  En citant quelques noms, je sais déjà que j’en oublie bien d’autres et que je passe sous silence tous ceux que je connais pas et qui ont donné une jolie place à mon livre dans leur vitrine ou sur la table des nouveautés.

Dans la foulée, voici une petite revue de presse. S’y côtoient des commentaires dans des quotidiens importants, des magazines à la mode, des sites réputés mais aussi des blogs plus confidentiels. Tous ensemble, ils font vivre les livres en ces temps où l’on pourrait oublier à quel point on a besoin d’eux pour ne pas perdre le nord.

 

► Je ne sais pas pourquoi mais les histoires de clubs sont souvent attachantes. Découvrir des personnages par le prisme de leur passion est une chose que j’adore et, dans ce livre-ci, Francis Dannemark arrive à faire vivre un groupe de dix personnes à travers quelques épisodes discrets et attachants. Le cinéma est là, mais plus comme liant, comme prétexte à raconter l’histoire de chacun. Et pourtant, il fait également vivre ce livre, rythmant les différents récits, apportant des moments de relâche et des passages permettant au lecteur d’avoir l’impression de faire partie de ce monde. Il ne fait pas que de la figuration donc.

La véritable vie… est un roman attachant et très agréable à lire qui se dévore d’une traite. Il met du baume au cœur mais pas de manière sirupeuse, au contraire. Il nous fait rentrer dans le quotidien de personnes que l’on n’a plus envie de quitter. C’est un de ces livres « doudou » que je conseillerais à ceux qui ont envie d’un peu de (ré)confort.

www.les-lectures-de-cachou.com

 

► A l’heure de la téléréalité triomphante qui vomit dans l’esprit des téléspectateurs les aspects les plus repoussants de la nature humaine, il est des voix qui murmurent à nos oreilles, qui semblent nous dire, ‘non, tout n’est pas perdu’ et qui nous font un bien fou. Parmi ces voix, celle de Francis Dannemark dont le dernier livre ‘La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis’ est une perle, précieuse et réconfortante, de la même veine que ‘Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates’. Il y a de la poésie dans ce livre à l’écriture élégante. Francis Dannemark choisit ses mots, chauds, feutrés, colorés, dénués de toute violence. C’est une vraie joie de se dire que ce livre-là, on l’a vécu.

Sylvie Lainé, L’Indépendant, 15 septembre 2012

 

Cette maison et ces rencontres, nous en rêvons tous. Ce livre est un concentré d’idées cinématographiques pour nos futures soirées. L’histoire raconte un groupe d’amis, une maison… et le cinéma. J’ai aimé l’atmosphère, les personnages et la chronique douce-amère de leur vie. On perçoit une magie latente, une synergie et l’affection qui les unit, dès les premières pages. Ce n’est pas un huis-clos, la société extérieure a sa part, apportant du dynamisme et de la fraîcheur. Je sais que ce roman sera classé dans les livres “doudous”, les livres heureux. À conseiller !

http://sylectures.wordpress.com, 13 septembre 2012

 

 

► Quel charmant roman ! Un moment de félicité dans ce monde de brutes. L’ambiance est joyeuse du début à la fin, c’est un roman qu’on lit le sourire aux lèvres. Jamais mièvre pourtant. Sous couvert de légèreté, Francis Dannemark aborde des thèmes sérieux. Un film (plutôt deux) pourrait venir à l’esprit immédiatement : ce sont Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis d’Yves Robert. Même atmosphère. Ce livre qui procure des sensations de joie et de bonheur et qui semble être une joyeuse plaisanterie pourrait bien être plus profond qu’il n’y paraît.

http://lyvres.over-blog.com, septembre 2012

 

► Le lecteur apprend à connaître et aimer tous ces personnages, avec leurs errances et leurs doutes, tant ils sont dépeints avec subtilité et tendresse.

Isabelle Blandiaux, Psychologies Magazine, septembre 2012

 

► Rien d’extraordinaire dans la vie de ce petit groupe de personnages dont le bonheur est communicatif. Ils sont tout simplement heureux d’être ensemble, c’est tout. Rien n’affecte l’amitié pure et désintéressée qui les lie. L’auteur, cinéphile averti, ne masque pas sa passion et dresse, sans que cela soit pesant, un catalogue bien documenté des meilleures productions de l’époque. À l’image de celles-ci, son roman, écrit dans un style simple et alerte, pétille d’humour et de tendresse et l’on se prend à rêver d’une séance de ciné-club en aussi bonne compagnie.

L’Hebdo des Notes (Union Nationale Culture & Bibliothèques pour tous), septembre 2012

 

► Résolument optimiste. Joyeux. Enjoué. Convivial. Le nouveau roman Francis Dannemark est tout cela. «La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis» parle d’amour, d’amitié et de cinéma. Et procure une sensation de bien-être.

Michel Paquot, Vers l’Avenir, 8 septembre 2012

 

► En lisant ce livre qui aborde (et qui transcende) le quotidien dans ce qu’il a de plus commun, je n’avais qu’une seule envie : que ce soit mercredi soir, que ce groupe existe vraiment et que je puisse m’y glisser. Car il s’agit d’un livre à atmosphère, d’une bulle chaleureuse, d’une vision (pour une fois) bienveillante de l’être humain : un être humain qui sait profiter des choses simples, qui revient à l’essentiel. Pour moi aussi, quand je lisais ce livre, « avec une élégance teintée de paresse et d’abandon, le temps s’arrêta »…

Site Critiqueslibres, le 3 septembre 2012

 

► Une vieille maison pleine de charme sert au décor au dernier roman de Francis Dannemark où se retrouve une joyeuse ribambelle de personnages pour des séances de ciné-club. Un petit bijou pour les cinéphiles comme pour les amateurs de belles histoires.

Christelle Dyon, Metro, 3 septembre 2012

 

► Voilà un roman enchanteur, doux et chaud, dont l’amour et l’amitié sont le cœur ensoleillé.

Site 20minutes.fr : Le choix des libraires : Isabelle Ertel (Librairie Payot à Nyon, Suisse)

 

► L’auteur du Grand jardin sort un livre au titre délicieux : La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis. D’amour, il est question, mais aussi et surtout de cinéma, puisque le roman se construit autour d’un ciné-club. On y croise Felisa la médium qui a perdu ses pouvoirs et demande de l’aide à Max, psy fatigué et grand ami de Jean-François, fou de cinéma et un peu amoureux d’Annick, elle-même amie avec… Bref. Leurs rencontres sont autant d’occasions de converser autour de comédies oubliées et merveilleuses des années trente (mais pas que).

Elle (Belgique), septembre 2012

 

► Voici un roman qui mériterait de figurer à la meilleure place dans les étals de librairies, à la première page des rubriques littéraires, à la une des magazines, mais surtout dans cette bibliothèque que nous avons tous, où ne figurent que les livres qui nous ont donné à chaque page le rare et parfait bonheur de les lire.

Edmond Morrel, site Demandez le programme (Espace Livres), septembre 2012.

 

► Le cinéma de Francis Dannemark : une fraternité choisie qui réchauffe le cœur.

Pierre Maury, Le Soir, 31 août 2012.

 

► « La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis » : un titre qui promet une histoire douce et réconfortante. Livre choral, le roman nous plonge au cœur des relations entre Max, veuf d’une cinquantaine d’années, et son groupe d’amis. Francis Dannemark nous livre ici une histoire pleine de tendresse qui parle de l’amour sous toutes ses formes.

Marion Roucheux, site Terrafemina, 28 août 2012.

 

► 472 pages : exceptionnel pour Francis Dannemark… et j’étais curieuse de voir comment il allait s’en sortir sur une distance plus longue. Je ressors convaincue de ce roman. C’est une bulle d’air frais, un bonbon tout doux et un nuage aux couleurs de teinte rosée mais cela ne tourne jamais à la mièvrerie! Pourquoi se priver d’une telle lecture ?

Site Parfum de livres, 28 août 2012.

 

► Ce roman est un gros coup de cœur ! Du début à la fin, je l’ai lu un large sourire aux lèvres. Il y a vraiment de très belles choses dans ce roman, des choses très profondes mais dites de manière légère, avec beaucoup de poésie et d’humour, et ce roman apparaît comme un conte merveilleux, drôle, tendre et résolument optimiste, avec en toile de fond une passion absolue pour le septième art.

Site http://irreguliere.over-blog.com, 25 août 2012

 

► Celles et ceux qui, depuis des années, savourent les romans de Francis Dannemark savent combien l’auteur de « Mémoires d’un ange maladroit » et de « Du train où vont les choses à la fin d’un long hiver » a de la tendresse pour ses personnages, comme si ceux-ci n’étaient pour lui rien moins que des frères et des sœurs. Des personnages qu’il aime et nous fait aimer par la grâce d’une écriture qui coule de source, rivière où les cailloux s’avèrent pierres précieuses. Cette délicatesse bienvenue – si rare dans les fictions d’aujourd’hui – teinte le plus volumineux livre qu’ait composé le poète d’ »Une fraction d’éternité »; un roman de long métrage qui se pare d’un titre fleuve dont Francis D. a le secret : « La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis ».

Un roman polyphonique où l’auteur du très beau « Grand Jardin » (qui parut en 2007 et obtint le prix Bernheim) peint un portrait de groupe : des personnages s’y retrouvent, nouant des liens d’affection, d’amitié, de convivialité sans que cela vire à la guimauve. Un roman généreux dans lequel – et on lui en sait gré – Francis Dannemark met le plus frémissant de lui-même, le suc de sa sensibilité, de sa capacité d’écoute des mots et des maux des autres.

Francis Matthys, La Libre, 21 août 2012.

 

► Je suis carrément tombée amoureuse des premières lignes de ce roman, sous le charme de l’écriture de son auteur. J’étais ferrée, il fallait continuer !

Site Babelio, août 2012

2 Commentaires ↓

2 réponses à “Petite revue de presse et salut aux libraires”

  1. Laurent Tordjman 18 septembre 2012 à 19 h 19 min #

    Et cet ensemble de louanges méritées dit le tranquille moment passé avec tous ces personnages attachants. Pour ma part cela m’a tellement emballé que j’ai acheté presque 30 dvd pour partager avec mes proches la (re)découverte des quelques vieux films emballants.
    Et nul doute que ce que faisant j’ai aussi voulu être partie prenante de la fraternité et l’humanité si savoureusement décrites….
    Vous pouvez ajouter à la liste des (bons) libraires le coin bouquin du Leclerc(!) de Saint-Aunes à côté de Montpellier. De quoi être optimiste la aussi non ?

    • francis dannemark 19 septembre 2012 à 7 h 25 min #

      De quoi rester optimiste, en effet!
      Je vous souhaite beaucoup plaisir avec tous ces films. Les revoir, c’est déjà merveilleux. Mais quel bonheur quand c’est un bonheur partagé avec d’autres!

Laissez une réponse