L’ auteur

Véronique Biefnot et Francis Dannemark ont commencé à écrire ensemble à la fin du printemps 2013, en déconstruisant le roman Histoire d’Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un) que Francis venait de publier chez Robert Laffont. Le but ? Reconstruire l’histoire à la demande d’un producteur de films. Ce projet d’adaptation ne s’est pas concrétisé mais il a ouvert une porte ! Derrière celle-ci, d’autres textes, d’autres histoires. Dans un premier temps, ils travaillent ensemble sur leurs deux romans en cours (Là où la lumière se pose, publié par Véronique chez EHO, et Aux anges, publié par Francis chez Laffont) et en profitent pour créer un pont très inattendu entre ces deux livres : les personnages principaux de chacun d’eux voyagent d’un roman à l’autre et se rencontrent !

Dans la foulée, Francis & Véronique écrivent un article pour un journal, une nouvelle pour une revue, le texte d’une chanson,… Ils supervisent la traduction anglaise de quelques-uns de leurs textes pour le recueil Contact (Fringilla Books, 2013 – www.smashwords.com). Et, surtout, ils mettent en chantier un roman. Il s’intitule La ballade d’Olena. C’est lui qui, après plusieurs mois de travail, en 2013-2014, deviendra La route des coquelicots. En cours de route, durant une pause, Véronique et Francis commencent un autre roman. Ils en terminent un première mouture peu avant l’été 2014. Ils préparent ensuite Au tour de l’amour, un recueil qui mêle poésie et prose et pour lequel Véronique réalise de nombreuses illustrations.

Au printemps 2015, ils reviennent au roman qui se reposait, trouvent son titre, « Kyrielle Blues », et le terminent fin août. Tout en peaufinant le texte, accompagné de nombreuses illustrations en couleurs de Véronique, ils travaillent sur trois nouveaux projets romanesques.

Entre la fin de l’été 2015 et l’automne 2016, ils se plongent dans un projet né d’une histoire autour de laquelle Véronique tourne depuis longtemps. Ce projet prend finalement la forme d’un diptyque : deux romans en un, deux romans en miroir. Ils en élaborent ensemble le scénario, Véronique écrit le premier roman, Francis le second. Ensuite, ils relisent, discutent, retouchent, modifient, peaufinent… Naissent ainsi les 500 pages de « Place des Ombres, après la brume », une histoire romantique, fantastique et mystérieuse qui, dans le livre 1, se déroule entre les années 1910 et la fin de l’année 1980, et qui connaît son dénouement, dans le livre 2, durant les derniers mois de l’an 2000.

D’autres portraits de Biefnot-Dannemark téléchargeables en haute définition.
Ces portraits, comme tous ceux de ce site, sont de Thomas Dannemark.

 Découvrir l’interview réalisée par la Librairie Mollat et d’autres vidéos

Véronique Biefnot est née en 1961 à Colfontaine. Après des études de lettres à l’Université Libre de Bruxelles, de peinture aux Beaux-Arts et d’art dramatique au Conservatoire, elle a interprété plus de quarante grands rôles dans des œuvres de Molière, Tchékhov, Shakespeare ou Giraudoux sur la plupart des scènes belges.

Simultanément, elle a produit plusieurs adaptations théâtrales et assuré des mises en scène (Garbo n’a plus le sourire au Théâtre Royal du Parc et Les Combustibles au Public). Elle a aussi écrit et dirigé le moyen-métrage Alme. Par ailleurs, elle a participé à plusieurs expositions de peinture et réalisé de nombreux costumes pour le théâtre.

Depuis 2011, elle a publié cinq romans. Comme des larmes sous la pluie, Les murmures de la terre et Là où la lumière se pose forment une trilogie et sont parus chez Héloïse d’Ormesson et au Livre de Poche. Sous les ruines de Villers a été publié chez Luc Pire et Elie Owl chez Myriapode.

 

http://veroniquebiefnot.wordpress.com

 

Francis Dannemark est né en 1955 sur la frontière franco-belge. Après des études de lettres à l’Université de Louvain, il a notamment été enseignant, critique de cinéma, adjoint du rédacteur en chef d’un journal de bandes dessinées, attaché culturel dans un cabinet ministériel, animateur d’ateliers d’écriture, directeur d’un centre culturel bruxellois et fondateur-directeur des associations Escales des lettres (Bruxelles & Arras), avec lesquelles il a organisé de nombreux festivals littéraires internationaux. Il est actuellement codirecteur de la collection « Escales des lettres », qu’il a fondée avec Jean-Yves Reuzeau en 1998 aux Éditions Le Castor Astral (Bordeaux/Paris), et conseiller littéraire indépendant.

Depuis 1977, il a publié près de quarante livres. Pour la plupart, ils sont parus chez Robert Laffont et au Castor Astral. Plusieurs d’entre eux sont disponibles en collection de poche (Pocket et Espace Nord). Quelques-uns de ses romans : Mémoires d’un ange maladroit, Choses qu’on dit la nuit entre deux villes, Le grand jardin, Du train où vont les choses à la fin d’un long hiver, La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis, Histoire d’Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un) et Aux Anges.

En janvier 2017, il réalise que cela fait cinquante ans qu’il écrit (voilà ce qui arrive quand on commence un roman à l’âge de douze ans) et quarante ans qu’il publie. Ce même mois, il reçoit le prix du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour son roman La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis.

Le 1er juin 2017, au Castor Astral, paraît son nouveau roman, Martha ou la plus grande joie, imaginé en mars 2016, écrit en août et septembre (après un séjour en Bourgogne, au bord de l’Yonne, chez l’ami Denis Grozdanovitch) et revu ensuite avec Véronique Biefnot, avant qu’ils mettent la dernière main à leur Place des Ombres, après la brume.

www.francisdannemark.be