Monthly Archives: juin 2017

Coups de coeur de Laurence Merveille sur la télé Canal C

Laurence Merveille (librairie Antigone), dans le magazine de la télévision Canal C, parle avec enthousiasme de ses trois coups de coeur pour l’été : 

« Patricia » de Geneviève Damas,  « Place des Ombres, après la brume » et « Martha ou la plus grande joie »

http://www.canalc.be/canal-et-compagnie-du-21-juin-2017/

​  (cinq premières minutes de l’émission) ​

NEWSLETTER MI-JUIN 2017


affiche été avec compil

« Les incontournables de Biefnot-Dannemark » 

Du 1er juillet au 31 août

une édition numérique exclusive d’E-Dantès : 

trois romans de Biefnot-Dannemark réunis en un volume!

INTEGRALE_BIEFNOT-DANNEMARK_def1 avec filet
« Trois femmes, trois histoires, trois ambiances mais une seule musique : 

celle, incomparable, de Biefnot-Dannemark »

Bien sûr, ces romans sont toujours disponibles en version papier chez votre libraire préféré!

Compil KOBOSur KoboAmazon, et la plupart des plateformes numériques.

LA ROUTE DES COQUELICOTS : 

« Une épopée haletante et drôle. » (La Dépêche du Midi)

« Ça décoiffe avec humour, tendresse et amour. » (Psychologie Magazine) 

LA BALADE DE NINA (KYRIELLE BLUES) : 

« Un roman revigorant, tendre et souriant » (Télépro)

PLACE DES OMBRES, APRÈS LA BRUME 

« C’est éminemment fantastique et romantique, furieux et doux et, je l’avoue, ce roman m’a envoûté. Ligeia d’Edgar Allan Poe ou Rebecca de Daphné du Maurier ne seraient pas des chefs-d’œuvre sans la passion amoureuse. Chez Biefnot-Dannemark, les sentiments sont plus sages, mais ils ne sont pas moins fous ni forts. » (Le Soir)

***************

Depuis le 1er juin, le nouveau roman de Francis Dannemark,

« Martha ou la plus grande joie »  (Le Castor Astral),

a rejoint « Place des Ombres, après la brume »

de Véronique Biefnot & Francis Dannemark,

sur la table des libraires

Covers Martha + PDO

Et en e-book depuis le 16 juin​ :

visuel martha e-book

ACTUALITTÉ et RTBF / Livrés à domicile

Depuis quelques années, les romans de Francis Dannemark sont un concentré d’humanité et d’optimisme. Comme le bruit des cailloux et des vagues – titre d’un des chapitres du roman –, ce livre est un petit torrent dont la mélodie dont la mélodie est aussi douce qu’enivrante.

Coup de cœur de la librairie QUARTIER LATIN (Saint-Ghislain) :

Un court roman que l’on rechigne à terminer par crainte d’être arraché à la générosité de ses personnages attachants et de quitter trop brutalement leur univers au sein duquel notre esprit se plaît à vagabonder dès les premiers mots!

ENTRE CAFÉ ET JOURNAL

Il faut de l’audace pour écrire que l’amour est une réponse à la folie du monde. Petit prince de notre littérature, Francis Dannemark reste au fil des ans ce gosse émerveillé, parfois perdu dans le monde où il est tombé, mais inlassablement en quête d’étoiles qui savent rire ou d’un renard à apprivoiser car « on a besoin de la compagnie des gens, leurs défauts nous distraient des nôtres. » On apprécie de terminer ses journées par pareilles petites merveilles qui nous aident à bien les traverser.

BABELIO COSY CORNER

Une vision du quotidien bienfaisante et bienvenue, un petit trésor heureusement contagieux que Francis Dannemark offre à ses lecteurs dans ce récit qui en devient indispensable.

À POINGS FERMÉS

Rares sont ceux qui aujourd’hui parviennent encore à tirer des rapports humains de si touchantes histoires toutes en fraîche et tendre délicatesse. Francis Dannemark dit d’elles « qu’elles parlent tout bas »… et moi j’en viens à souhaiter que le monde entier se mette à chuchoter !

Coup de cœur des librairies AUTRE CHOSE (Waremme et Hannut)

 La touche que j’aime chez cet auteur est là ! Nous raconter de belles histoires, avec de vraies personnalités, parfois fragiles, parfois en pleine réflexion, mais toujours décrites avec bienveillance et respect.

PARTAGE LECTURE

Ce roman est une très belle histoire d’amour et de renaissance qui ne saurait être qu’un coup de cœur !

LYVRES

La petite musique dannemarkienne est bien là, on sent la maîtrise du romancier. Rien ne manque mais rien n’est superflu, tout coule doucement et naturellement. Changeons de rythme les amis ! Soyons lents et profitons de chaque instant. Un roman qui laisse un goût de bonne humeur, un sillage de joie communicative. Pas vraiment dans l’air du temps, c’est fort dommage : c’est une littérature qui fait du bien.

BABELIO CRITIQUES LIBRES / LE COIN DE LECTURE DE NATH

Francis Dannemark nous emmène comme toujours à la rencontre de personnages remplis d’humanité. J’ai eu le sentiment de côtoyer Jeanne, Martha, Septime, même au-delà de la lecture. Une bienveillance, de la joie, de la chaleur humaine, du cœur, c’est ce qui se dégage de ce magnifique récit. La plume est fluide, on vit un moment hors du temps, tout s’arrête, porté par l’authenticité des personnages. Martha, c’est vraiment la joie qu’elle sème autour d’elle, et c’est ce que l’on éprouve à la lecture de ce court et très beau roman. Un moment de bonheur.

NOTES ET CHRONIQUES

Oublions la beauté des phrases pour apprécier celle des personnages et de leur monde. Malgré les accidents de la vie, les incertitudes de la volonté et les caprices du destin, aucun être n’est mauvais ; tous sont profondément humains. Et ces êtres humains, dans leurs gestes, leurs paroles, donnent à l’ensemble une atmosphère apaisante dont l’oubli des fêlures est une condition : « Le passé a bien le droit de dormir maintenant. Moi, en tout cas, je n’ai plus envie de le réveiller. », dit Martha qui préfère contempler les fleurs bleues ; la fleur bleue, cet idéal que, depuis Novalis, beaucoup se sont échinés à chercher, et qui semble ne pouvoir se réaliser que si sa recherche s’accompagne de « la plus grande joie ». Et la vie va s’écouler, paisible comme l’Yonne.

********************************************************

 

Le 1er juillet : « Les incontournables de Biefnot-Dannemark » : 3 romans, 1 e-book

Le 1er juillet, E-Dantès propose pour l’été une édition numérique exclusive rassemblant « La route des coquelicots », « La balade de Nina » et « Place des Ombres, après la brume ».

« Trois femmes, trois histoires, trois ambiances, mais une seule et même musique, celle, incomparable, de Biefnot-Dannemark. »

Compil KOBO

E-book disponible sur la plupart des plateformes, notamment KOBO et Amazon .

Premiers échos de « Martha »

 

ENTRE CAFÉ ET JOURNAL, Carl Vanwelde, 6 juin 2017

« On dit que c’est l’argent et le pouvoir qui font tourner le monde, pas l’amour.
Peut-être …  mais c’est l’amour qui l’empêche de tourner fou.  »   Francis Dannemark

Il faut de l’audace pour écrire que l’amour est une réponse à la folie du monde, ou le chanter comme Ariana Grande hier au concert One Love Manchester dans une Angleterre meurtrie par les attentats. Du talent aussi pour se raconter au fil de tant d’ouvrages sans jamais parler de soi ni chercher à occuper le centre de l’estrade, comme cette petite « pièce, à laquelle on tient et qu’on n’a pas envie de perdre mais qu’on ne sait où mettre … « , un talent qui est la modestie des grands. Petit prince de notre littérature, Francis Dannemark reste au fil des ans ce gosse émerveillé, parfois perdu dans le monde où il est tombé, mais inlassablement en quête d’étoiles qui savent rire ou d’un renard à apprivoiser car « on a besoin de la compagnie des gens, leurs défauts nous distraient des nôtres. » Un gosse pourtant empreint de la sagesse qu’apportent les épreuves et les années, car « on ne voit ce côté-ci de la rivière que lorsque tu l’auras traversée et que tu seras de l’autre côté.» Une sagesse qui semble renforcer chez lui ce refus assumé du cynisme et de la désespérance, qu’il résume bien par la réponse de Robert Frost à qui on demandait ce que la vie lui avait appris: « Life? It goes on. » Quoi qu’il arrive, la vie continue et nous offre son élan. On apprécie de terminer ses journées par pareilles petites merveilles qui nous aident à bien les traverser.

http://entrecafejournal.blogspot.be/2017/06/life-it-goes-on.html

****************************************

COSY CORNER, Nathalie Henry, juin 2017

En compagnie de Martha, Francis Dannemark nous invite à faire l’école buissonnière et nous perd joyeusement dans un roman tendre et savoureux.  Il met en scène une héroïne touchante, dont on envie la capacité à s’émerveiller des détails du quotidien.

Tel l’Yonne, très présente dans cette histoire, le texte coule, fluide et vif et nous entraîne dans un univers paisible et apaisant, un monde où les pannes de voiture ne constituent pas un sujet de contrariété mais bien l’occasion de réaliser de belles rencontres ou de faire trempette.  Une vision du quotidien bienfaisante et bienvenue, un petit trésor heureusement contagieux que Francis Dannemark offre à ses lecteurs dans ce récit qui en devient indispensable.

http://nahe-lit.blogspot.be/2017/06/martha-ou-la-plus-grande-joie-de.html

********************************************

À POINGS FERMÉS, Sandrine Sigiscar, 30 mai 2017

Cette jolie histoire m’a laissée longtemps sans voix, sans mots pour vous dire… Comme ces paysages que l’on découvre magnifiés par la lumière d’un coucher ou d’un lever de soleil. Les destinées s’entrechoquent et font naître des petites sphères où grandissent des rêves et des aspirations secrètes. Martha s’éveille au fil de l’histoire de Jeanne, et ses yeux s’ouvrent sur un monde tout neuf. Son frère est le témoin plein d’espoir de la naissance d’une femme neuve, mais si belle nimbée de sa fraîcheur et de sa fragilité.

Il vous faudra laisser de côté les critères habituels pour découvrir la beauté de ce roman. Il est comme une dentelle très fine et précieuse, comme un pétale de rose : léger, doux mais si fort quand on le froisse dans la paume de sa main.

J’ai toujours envie de remercier Francis Dannemark, une fois ses livres refermés…Rares sont ceux qui aujourd’hui parviennent encore à tirer des rapports humains de si touchantes histoires toutes en fraîche et tendre délicatesse. Il dit d’elles « qu’elles parlent tout bas »… et moi j’en viens à souhaiter que le monde entier se mette à chuchoter !

http://sandort.canalblog.com/archives/2017/05/30/35334782.html

******************************

LE CARNET ET LES INSTANTS, Jeannine Paque, juin 2017

Dannemark conduit son récit mieux que le héros sa voiture. Il sait ménager ses effets et nous acheminer en douce toujours, malgré les incidents, vers un double dénouement. Double ou pluriel. Là encore où on ne s’y attend pas nécessairement.

Il existe donc un art du roman, assez peu définissable mais que l’on pourrait ainsi saisir, partiellement du moins : laisser à une histoire le soin de donner un vrai moment de bonheur à ceux qui ont la chance d’en partager la lecture, la joie annoncée somme toute. C’est une définition qui convient à l’écriture et à la composition – un mot qu’il emploie volontiers – de Francis Dannemark.

https://le-carnet-et-les-instants.net/2017/06/01/dannemark-martha-ou-la-plus-grande-joie/

*************************************

EN LISANT EN VOYAGEANT, Keisha, 5 juin 2017

 Ouvrir ce (court) roman de Francis Dannemark, c’est savoir d’avance que l’on plongera dans une belle histoire plutôt douce (même si quelques drames ont atteint les personnages), que justement ces personnages seront attachants et souvent originaux, et qu’il suffira de se laisser porter, tranquillement, au fil de la découverte. Très agréable.

http://enlisantenvoyageant.blogspot.be/2017/06/martha-ou-la-plus-grande-joie.html

*******************************

Coup de cœur des librairies AUTRE CHOSE (Waremme et Hannut)

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais moi il y a des jours où j’ai envie de me faire du bien. C’est ce qui est arrivé avec  « Martha ou la plus grande joie ». La journée se passe, les courses, le souper…..Enfin, 20h, les lunettes au bout du nez, le corps bien lové dans le fauteuil, c’est parti….
Il ne vous faut pas beaucoup de pages pour que les personnages que vous découvrez deviennent réels. Ils sont tellement vrais, ils sont tellement auprès de vous, que ce sont des amis proches. Vous voilà parti à la découverte de personnes qui n’ont rien de particulier, si ce n’est leur histoire (comme nous tous), mais qui acceptent de vivre l’instant présent, la rencontre (parfois improbable), l’authenticité, même si ce n’est pas toujours facile.
La touche que j’aime chez de cet auteur est là ! Nous raconter de belles histoires, avec des vraies gens, de vraies personnalités, parfois fragiles, parfois en pleine réflexion, mais toujours décrites avec bienveillance et respect, quels que soient les choix qu’ils feront. Certains diront que ce sont des « livres faciles », tant pis pour eux….. Moi ce sont des livres qui me font du bien, et je suis persuadé que derrière cette « simplicité » il y a un travail incroyable. !
Quelques jours, après ma lecture, un dimanche, je retrouve le livre sur la table du jardin, il fait beau, je demande à ma fille si elle l’a lu ?
« Oui ! » me répond-elle. Et alors ? Et alors… : « En fait, la vie est belle ! »

Chronique parue dans Chouette Magazine et sur Facebook, juin 2017

**************************************

Coup de cœur de la libaririe QUARTIER LATIN (Saint-Ghislain) :

Un titre qui tient ses promesses ! La joie de Martha est communicative: on sourit, on sourit au fil de la lecture et ça fait du bien!
Un court roman que l’on rechigne à terminer par crainte d’être arraché à la générosité de ses personnages attachants et de quitter trop brutalement leur univers au sein duquel notre esprit se plait à vagabonder dès les premiers mots!
C’est certain : apprêtez-vous à un doux moment lecture !

*****************************************************

PARTAGE LECTURE, juin 2017

(…) ce voyage va transformer la vie de certains des personnages, leur apportant un bonheur inespéré. Ce roman est une très belle histoire d’amour et de renaissance qui ne saurait être qu’un coup de cœur… 5/5

http://www.partagelecture.com/t22023-dannemark-francis-martha-ou-la-plus-grande-joie

****************************************************

ACTUALITTÉ et RTBF, juin 2017

Dans la sélection Actuallité & Livrés à Domicile pour l’été :

Martha - ACTUALITTE - juin 17

https://www.actualitte.com/article/livres/pour-l-ete-des-lectures-plutot-mangrove-d-amazonie-ou-pin-parasol-et-piscine/83190

et :https://www.rtbf.be/culture/litterature/detail_lacher-prise-tourner-les-pages?id=9627355

*******************************************************

CRITIQUES LIBRES / LE COIN DE LECTURE DE NATH, 11 juin 2017

Francis Dannemark nous emmène comme toujours à la rencontre de personnages remplis d’humanité. J’ai eu le sentiment de côtoyer Jeanne, Martha, Septime, même au-delà de la lecture. Une bienveillance, de la joie, de la chaleur humaine, du cœur, c’est ce qui se dégage de ce magnifique récit. La plume est fluide, on vit un moment hors du temps, tout s’arrête, porté par l’authenticité des personnages. Martha, c’est vraiment la joie qu’elle sème autour d’elle, et c’est ce que l’on éprouve à la lecture de ce court et très beau roman. Un moment de bonheur.    ♥♥♥♥♥

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/50914

https://nathavh49.blogspot.be/2017/06/martha-ou-la-plus-grande-joie-francis.html

 ******************************************************************

LYVRES, 10 juin 2017

Ce court roman renoue avec tout ce qui fait que j’aime lire l’auteur : beaux personnages en plein questionnement et en pleine métamorphose, beaux sentiments mais pas gnangnans, disons que Francis Dannemark excelle à nous faire voir le côté positif de la vie, sans négliger de nous faire apercevoir, de loin, le négatif. Les beaux jours reviennent, les vacances approchent, la saison des barbecues, des repas dehors, des apéros prolongés et le livre de Francis Dannemark. Pas tout en même temps, mais consécutivement et tout fait que la journée est belle.

La petite musique dannemarkienne est bien là, on sent la maîtrise du romancier. Court, 122 pages, rien ne manque mais rien n’est superflu, tout coule doucement et naturellement ; une histoire et des personnages dont on aimerait prolonger la fréquentation, mais chacun sa route. J’ajouterai quand même que les paysages sont très beaux et invitent Martin et surtout Martha ainsi que les lecteurs à la contemplation, à la lenteur. Changeons de rythme les amis ! Soyons lents et profitons de chaque instant. Un roman qui laisse un goût de bonne humeur, un sillage de joie communicative. Pas vraiment dans l’air du temps, c’est fort dommage, c’est une littérature qui fait du bien.

http://www.lyvres.fr/2017/05/martha-ou-la-plus-grande-joie.html

******************************************************

AREAW (bulletin de l’Association Royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie), Joseph Bodson, juin 2017

Francis Dannemark ou l’art de rêver tout éveillé, et de partager des rêves qui étaient en lui sans qu’il s’en doute. Ses titres sont déjà tout un rêve. Ses personnages, aussi légers, aussi transparents que la fin d’un rêve qui n’en finit pas.

Même un spécialiste du rêve, comme Henri Bosco, parfois peut paraître un peu lourd à côté de lui. On se réveille trop vite, ou trop tôt, il n’y a pas cette touche légère d’inexistence, ce goût d’un monde juxtaposé, qui est comme un calque du nôtre. Une porte qu’il suffit de pousser. Bref, si F.D. n’existait pas, il faudrait l’inventer.

Il y a chez lui une sorte de tendresse dans les relations humaines, qui colorait déjà La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis, roman qui lui a valu l’an dernier le prix de la Communauté Wallonie-Bruxelles.

Qu’il continue à rêver, le plus longtemps possible, et pour notre plus grand plaisir. Le courant est passé.

http://areaw.org/francis-dannemark-martha-ou-la-plus-grande-joie-roma-le-castor-astral/

*********************************************************

NOTES ET CHRONIQUES, Jean-Pierre Longre, 13 juin 2017

(…) Autour de l’histoire centrale en tournent quelques autres, en particulier celle de John, écrivain irlandais dont Martin traduit les œuvres, qui est bizarrement accusé de plagiat et qui s’est retiré du monde pour vivre en paix dans un petit village. L’auteur en fait à l’occasion son porte-parole stylistique : « J’ai peur des trop belles phrases. L’important, c’est qu’une phrase soit si juste qu’on en oublie qu’elle est belle. » – et voilà qui se vérifie à la lecture du roman de Francis Dannemark, dont l’écriture comme naturelle ne laisse rien au hasard.

Oublions donc la beauté des phrases pour apprécier celle des personnages et de leur monde. Malgré les accidents de la vie, les incertitudes de la volonté et les caprices du destin, aucun être n’est mauvais ; tous sont profondément humains : Jeanne à coup sûr, et les hommes qu’elle a connus ; Septime le garagiste au grand cœur, qui ravive celui de Martha ; le frère, la sœur et leur famille… Et ces êtres humains, dans leurs gestes, leurs paroles, donnent à l’ensemble une atmosphère apaisante dont l’oubli des fêlures est une condition : « Le passé a bien le droit de dormir maintenant. Moi, en tout cas, je n’ai plus envie de le réveiller. », dit Martha qui préfère contempler les fleurs bleues ; la fleur bleue, cet idéal que, depuis Novalis, beaucoup se sont échinés à chercher, et qui semble ne pouvoir se réaliser que si sa recherche s’accompagne de « la plus grande joie ». Et la vie va s’écouler, paisible comme l’Yonne.

http://jplongre.hautetfort.com/

********************************************************

La revue de presse complète à la date du 13 juin est jointe en PDF : Dannemark – Martha – REVUE DE PRESSE

E-books dans la foulée du succès de « La route des coquelicots »

Le 17 juin, en même temps que l’e-book de « Martha ou la plus grande joie », et toujours grâce à E-Dantès, paraît « La Balade de Nina », autrement dit « Kyrielle Blues » en version numérique. Ces deux e-books rejoignent « Place des Ombres, après la brume » et « La route des coquelicots », meilleure vente numérique du Castor Astral depuis presque un an (depuis sa diffusion par E-Dantès en juillet 2016).

Balade de NIna ebook (short)

Coquelicots Kobo