Monthly Archives: février 2017

Rencontre-lecture à la librairie LA LICORNE (Uccle)

C’est le mardi 14 mars à 19h30 que nous serons à La Licorne pour y lire des extraits de « Place des Ombres, après la brume » et dialoguer avec le public.

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, La Licorne se trouve désormais au 715 de la chaussée d’Alsemberg à 1180 Bruxelles. Didier et Muriel, qui ont repris la librairie avec enthousiasme, seront entourés de leur équipe : Rosa, Arnaud et Fanny.

 

« Place des Ombres… » à la Foire du Livre de Bruxelles

Nous aurons le plaisir de dédicacer notre « Place des Ombres, après la brume » (et nos autres livres) à six reprises lors de la Foire du Livre de Bruxelles :

Vendredi 10 mars : de 20h à 22h sur le stand des Editeurs en Nouvelle-Aquitaine (118)

Samedi 11 mars : de 12h à 14h sur le stand Interforum (317) et de 17h à 19h sur le stand Nouvelle-Aquitaine (118)

Dimanche 12 mars : de 11h à 12h30 sur le stand des magasins CLUB (304), de 13h à 14h sur le stand Interforum (317), puis de 15h à 17h sur le stand Nouvelle-Aquitaine (118). 

 

Au terme de ce labyrinthe…

Un article qui nous touche beaucoup à propos de PLACE DES OMBRES…

 » Est-ce un hasard si refermant le dernier ouvrage diptyque de Véronique Biefnot et Francis Dannemark nous demeure la petite musique d’un appel au large, « ce que la chenille appelle fin, le reste du monde l’appelle papillon (Lao-Tseu )». Roman jubilatoire, élaboré, qui voit se succéder deux récits de vie que vingt années séparent, écrits l’un par Biefnot, l’autre par Dannemark à deux âmes et quatre mains. On s’éloigne ici de la ligne claire qui avait caractérisé leurs premiers ouvrages pour adopter une construction fantastique où il n’est pas un indice, pas un lieu, pas un personnage qui ne trouve son avatar au moment où l’intrigue se complexifie. On est pris par la main sans savoir où cela nous mène, on croise un tendre bestiaire d’animaux étranges et familiers, dans un récit rythmé par de courts fragments poétiques qui relient les chapitres comme une ponctuation. Au terme de ce labyrinthe digne d’un roman policier où chaque porte s’ouvre sur un escalier en colimaçon, où chaque échelle est posée contre une fenêtre et où chaque sentiment en évoque un autre déjà vécu précédemment, on se pose, ébloui, dans une clairière paisible où se voit posée la seule question qui compte vraiment: qui voulons-nous être, maintenant, pour quel envol? Le mot FIN ne fait décidément pas partie des scénarios imaginés par Biefnot-Dannemark, pour notre plus grand bonheur.  »

Il est de Carl Vanwelde, publié sur son blog, »Entre café et journal, une pensée », qui offre tant de merveilles depuis 1999!

Texte intégral : ici

 

« Place des Ombres… » : premiers échos

===> GAEL, mars 2017

PDO - GAEL - mars 2017

===> CE QUE MARGUERITE LIT, 16 février 2017

Troisième roman du duo Biefnot/Dannemark, ce titre diffère des deux premiers, à plus d’un titre. Tout d’abord parce qu’il s’agit d’un diptyque, là où La route des coquelicot et Kyrielle Blues entremêlaient les deux plumes sans que l’on puisse savoir qui avait écrit quoi. Ensuite parce que les auteurs s’aventurent dans un genre littéraire différent : le roman fantastique. J’ai trouvé ce roman plutôt perturbant. Principalement, je crois, parce que j’ai trop l’habitude de lire Véronique Biefnot et Francis Dannemark dans un registre plus lumineux. Je ne suis pas forcément lectrice de fantastique mais je me demandais vraiment ce que pouvait donner leur écriture, cuisinée à cette sauce. Le talent est toujours présent, donnant à ces pages une atmosphère oppressante qu’il est difficile de quitter, d’autant plus que les liens entre les personnages secondaires ne s’esquissent que peu à peu, titillant la curiosité. Si l’histoire est sombre, si les événements sont terribles, les auteurs restent eux-mêmes lorsqu’ils dessinent les relations entre certains de leurs personnages : la douceur, l’inquiétude qu’ils se portent mutuellement, la nostalgie des moments passés ensemble ne sont jamais loin, et en cela ils n’ont pas renié leur écriture en se frottant au genre fantastique.  (…)   Si ce roman n’a pas été un coup de cœur, cette fois (impossible, je pense, d’avoir un coup de cœur pour un roman fantastique) (vous avez dit « rationnelle »?), cela ne m’a pas empêchée de particulièrement apprécier par exemple l’histoire de l’herboriste ainsi que le personnage de l’instituteur retraité. Reste finalement le principal : le bonheur de retrouver, en filigrane, Biefnot et Dannemark dans ce qu’ils font de mieux : l’humain. 

http://www.babelio.com/livres/Biefnot-Place-des-ombres-apres-la-brume/919629#critiques

 

===> LIRE ET RELIRE, 16 février 2017

Ce livre m’a envoûtée. A peine commencé, je n’ai pas pu le lâcher et pourtant c’est un pavé. (…) Les lieux, dans ce livre, sont essentiels, comme des personnages à part entière (j’ai un peu pensé à « L’Ecume des jours ») et l’ambiance de la maison est un des éléments qui envoûtent le lecteur. (…) Et puis il y a l’écriture : pas d’effets de manche mais une écriture qui coule comme de l’eau… http://lireetrelire.blogspot.be/2017/02/place-des-ombres-apres-la-brume.html

 

===> DANS LA BULLE DE MANOU, 27 janvier 2017

Voilà un roman à suspense, saupoudré d’un peu de surnaturel, de beaucoup de mystère et traversé par de belles et romantiques histoires d’amour, qui se lit avec un immense plaisir .Dès les premières pages, le suspense est au rendez-vous et le lecteur se laisse emporter par l’histoire…

http://www.babelio.com/livres/Biefnot-Place-des-ombres-apres-la-brume/919629